Hier, 02 décembre 2019, a de nouveau eu lieu un saccage d'un cimetière juif en Alsace, à WESTHOFFEN où sont enterrés les aïeuls de Léon BLUM ainsi que ceux des DEBRE. Michel DEBRE est le rédacteur, avec Charles DE GAULLE, de la Constitution de la 5ième République Française ! Il y a également les ancêtres des GUGGENHEIM, des KAHN et même de Karl MARX ! Toutes ces dynasties qui ont participé au rayonnement de la FRANCE. Ce pays si apprécié, sauf par les personnes imbéciles et analphabètes qui ne connaissent pas l'histoire de cette France éternelle. Et il y en a beaucoup.
Il suffit d'aller sur Facebook pour voir la sidérante inculture de tous ceux qui donnent des avis définitifs sur... tout et n'importe quoi. Et ce que je trouve le plus grave, c'est cette haine envers tout ce qui nous gouverne en France. Je n'ai pas d'opinion particulière sur ce qui se passe en France en ce moment, même si je suis plutôt de gauche, mais la hargne envers toutes les personnes qui s'investissent pour le bien public est d'une puissance qui fait peur. Attention de ne pas verser vers l'autoritarisme comme il émerge dans différents pays.

Cimetiere Westhoffen 5

Les remugles d'un passé horrible pour l'Humanité sont toujours présents chez ces horribles et affreux personnages.

___________________________________________

Voici la réflexion de Delphine HORVILLEUR, philosophe et rabbin à Paris, et dont les ancêtres sont également originaires de WESTHOFFEN :

Horvilleur - copie

Après avoir appris la profanation de Westhoffen, Delphine Horvilleur, rabbin au sein du Mouvement juif libéral de France, a écrit ce texte qu’elle nous a autorisés à publier (DNA du 05.12.2019).

« Je suis enfant de Westhoffen, même si je n’y ai jamais mis les pieds.

Je suis enfant de Westhoffen où poussent de célèbres cerisiers, même si je ne les ai jamais vus fleurir.

Je sais qu’ils sont plantés là, précisément où s’enracinent les traces de ma famille, sur cette terre où a joué et ri mon grand-père, celle où son propre grand-père, instituteur du village, emmenait rire et jouer ses élèves.

Sur cette terre étonnamment fertile ont poussé bien des branches glorieuses de l’histoire de France, sur ce terreau commun des Léon Blum, Robert Debré, Karl Marx, Ernest Guggenheim, Laurent Schwartz et tant d’autres… Leurs racines passent par là : tous « enfants » de Westhoffen comme je le suis.

Et les cerisiers, même déracinés et plantés ailleurs, donnent des fruits qui ont une étrange mémoire, le goût d’une reconnaissance envers la terre qui les a abrités.

Dire que de sinistres idiots s’imaginent que l’on peut arracher ces arbres dans les cimetières, ou couper des racines en profanant des tombes !

Personne ne leur a dit que les cerises se conservent ? Ne savent-ils pas qu’elles se gardent éternellement… à condition de les mettre dans de « l’eau de vie » ? Pas dans l’alcool ! Dans l’eau de vie, dans le flux de celles et ceux qui choisissent la vie, qui l’honorent et la respectent. Une eau vive que ces odieux profanateurs n’ont aucune chance de goûter un jour. »